Skip to main content

La startup bruxelloise Welexit clôture sa levée de fonds avec grand succès puisqu’elle a collecté le double de la somme visée, auprès d’investisseurs de Spreads, BeAngels et Belfius. Elle va ainsi pouvoir accélérer le développement de son service de mise en relation simple (en ligne), rapide (24h) et démocratique (29 EUR) des citoyens avec un avocat. Welexit compte renforcer son équipe, étendre sa présence sur tout le territoire belge et proposer de nouveaux services.

De nombreux Belges renoncent à faire valoir leurs droits car les avocats intimident et sont perçus comme trop chers (plus de 80%1 des besoins juridiques ne seraient d’ailleurs pas traités à l’échelle mondiale !).

Issu d’un milieu modeste, Yizhaq Kricheli, CEO et cofondateur de Welexit, a vu sa famille confrontée à ce problème et a voulu y remédier. D’abord en étudiant le droit et en pratiquant le métier d’avocat pendant près de 5 ans. Puis en se donnant l’ambitieuse mission de révolutionner l’accès aux services juridiques.

« Avec Maor Benzvi (CTO et cofondateur de Welexit), qui était précédemment développeur chez Coolblue, nous avons développé une plateforme qui permet à chacun de fixer une consultation juridique en l’espace d’une minute. Il suffit de répondre à quelques questions, puis Welexit se charge de mettre en relation la personne avec un avocat situé près de chez elle et compétent pour répondre à son problème spécifique », explique Yizhaq Kricheli, CEO et cofondateur de Welexit.

La solution apportée par Welexit vise à briser les barrières de la justice afin qu’elle ne soit pas le privilège de certains. La plateforme offre le choix entre une consultation de 20 min au téléphone (29 EUR), par vidéoconférence (29 EUR) ou au cabinet de l’avocat (39 EUR). En cas d’urgence, Welexit permet de parler à un avocat le jour même. La consultation a pour but de débroussailler le sujet et de comprendre les options possibles. Ensuite, libre aux deux parties de poursuivre la discussion et d’entamer une procédure.

Les fonds levés auprès de membres de BeAngels, Spreads et Belfius permettront à la startup de renforcer son équipe, d’étendre sa couverture géographique et d’ajouter de nouvelles fonctionnalités à la plateforme : « À l’heure actuelle, nous comptons environ 140 avocats sur notre plateforme et nous avons déjà réalisé plus de 1600 consultations depuis juillet 2021. Le taux de satisfaction de nos utilisateurs est supérieur à 95%[2]. Et la satisfaction est également de mise du côté des avocats : 90% des répondants à notre récente enquête de satisfaction ont indiqué qu’ils seraient déçus s’ils ne pouvaient plus bénéficier de nos services. Nous devons maintenant étoffer notre offre (par exemple, en offrant aux utilisateurs la possibilité de suivre leur dossier de A à Z sur la plateforme) et renforcer notre position sur le marché » déclare Yizhaq Kricheli.

Une ambition à l’international

En juin dernier, Welexit a été récompensée au niveau international en remportant le premier prix de l’« International LegalTech Competition: e-Access to Justice », organisée par le Fédération des Barreaux d’Europe (FBE). ​

La startup, initialement présente dans la partie francophone du pays, s’apprête à lancer son offre en Flandre, avant d’envisager de s’implanter dans d’autres pays. Selon Yizhaq Kricheli, la ‘legaltech’ fait face aujourd’hui a beaucoup de résistance et a pris du retard, « C’est l’un des derniers bastions inconquis… mais je pense que d’ici 2030, il s’agira d’une industrie en pleine effervescence au niveau mondial. La liberté ne peut pas exister sans un accès effectif à la justice. Nous avons pour ambition de contribuer à faire de la Belgique un pays leader en termes d’accès à la justice et de renforcement de l’égalité sociale ».

1 Selon un rapport du ministère français de la Justice sur L’avenir de la profession d’avocat (2017) : http://www.justice.gouv.fr/publication/rapport_kami_haeri.pdf

[2] Avis postés sur Trustpilot et Google

HRINFO

Author HRINFO

More posts by HRINFO