Skip to main content

Travail hybride

Obligées de réinventer leur organisation de travail depuis la pandémie, les entreprises peinent à attirer et conserver des profils intéressants. La nouvelle start-up bruxelloise Xwork entend leur donner un avantage de taille : permettre aux employés de travailler dans des espaces de coworking, grâce à une plateforme totalement intégrée. D’Ieteren, Orange Belgium, IBA, ISS ou la SNCB font partie des premières sociétés séduites par ce concept de tiers-lieu hybride, complémentaire au travail en entreprise et au télétravail.

Fini, le métro-boulot-dodo, les 9-18h et les discussions informelles devant la machine à café. Bonjour, les visio-conférences à rallonge, la difficulté à rester motivé, l’environnement familial qui ne favorise pas toujours la concentration… La pandémie a modifié les attentes des travailleurs et leurs manières de travailler. Elle oblige les entreprises à redéfinir leur mode de fonctionnement et à tracer les lignes de ce qui sera désormais ce « New Way of Work ».

Il y a urgence. Toujours en avance sur l’Europe, les Etats-Unis sont confrontés à une nouvelle tendance économique, surnommée La Grande Démission, qui voit un nombre sans précédent de salariés quitter volontairement leur poste. En août 2021, ils étaient plus de 4,3 millions à franchir le cap aux USA. Du jamais vu.

Le phénomène est déjà perceptible en Belgique : le nombre de démissions chez les moins de 30 ans a augmenté de 44% par rapport à 2020, d’après l’un des principaux secrétariats sociaux du pays.

Il est vrai que les confinements à répétition ont donné l’occasion de réfléchir à sa carrière, à ses conditions de travail et à ses objectifs à long terme.

“La Covid a résolument changé la donne, confirme Muriel Van Antwerpen, People & Culture Director – ISS Facilities Services Belgium & Luxembourg. Plus que jamais, nous réalisons à quel point les questions de work life balance, d’écologie et, par conséquent, de mobilité sont importantes.

L’apparition du tiers lieu

À l’heure actuelle, la plupart des entreprises se concentrent sur la possibilité de prester ses heures chez soi ou en présentiel au bureau. Deux localisations qui montrent aujourd’hui leurs limites. Le télétravail ne facilite pas le travail en équipe et ne permet pas toujours de se concentrer sur des tâches ayant une haute valeur créative. A l’inverse, certaines activités à faible valeur ajoutée ne nécessitent pas de se rendre dans les bureaux, parfois éloignés, de son entreprise. Un trajet qui plus est souvent synonyme d’embouteillage et de perte de temps pour les Belges. Ces derniers ne souhaitent désormais plus s’imposer plus de ½ heure de déplacement. D’après un sondage réalisé par les consultants Advanced Workplace Associates, seuls 3 % des employés de bureau dans le monde souhaiteraient retourner au bureau cinq jours par semaine.

Cette combinaison des lieux de travail est le socle du travail hybride, aujourd’hui à l’agenda de bon nombre de comités de direction.

En marge de ces deux alternatives apparaît une troisième voie, à savoir les tiers lieux de travail de proximité. Ceux-ci donnent aux employés de la flexibilité et de l’autonomie. Le principe ? Ceux-ci peuvent travailler où ils le souhaitent, à domicile, au bureau ou n’importe où ailleurs.

“Chez Xwork, nous sommes de fervents défenseurs du travail hybride, explique son cofondateur, Thierry Janssen. Chacun des 3 H – Home, Hub et Headquarter – peut se combiner avec les autres, pour fournir aux entreprises un cadre adéquat à cette nouvelle façon de travailler.”

La web app qui facilite le remote working

Depuis plusieurs mois, la start-up bruxelloise développe un logiciel, qui permet aux employés de réserver une journée de travail dans des centres de coworking inspirants, collaboratifs et de proximité. Ils peuvent venir y travailler seul ou réserver une salle pour une réunion entre collègues ou avec des clients. Une solution innovante, qui dessine les contours de ce “New Way of Work”, en facilitant l’intégration du travail hybride et du remote working dans les politiques RH des entreprises.

Les avantages de Xwork sont multiples:

  • Business model basé sur le “pay per use”: les entreprises paient pour les journées de coworking réellement utilisées par les employés.
  • Intégration du logiciel dans les plateformes de réservation des centres de co-working
  • Intégration du logiciel dans les systèmes HR et ERP des entreprises
  • Approche de co-création, pour définir avec les entreprises le meilleur modèle de travail possible
  • Amélioration du bien-être des employés
  • Impact positif sur les coûts fixes, qui deviennent partiellement variables.
  • Argument pour attirer et conserver des talents

“L’objectif de Xwork pourrait être résumé comme suit : à mesure que le bien-être et l’efficacité de travail de l’employé augmentent, les coûts (de transport, de loyer, de diminution de la productivité…) et l’empreinte carbone diminuent”, explique son co-fondateur.

Un bénéfice bien perçu par les premières entreprises à avoir été séduites par cette nouvelle approche du travail : “Ces lieux de coworking répondent aux besoins de mobilité, d’optimisation du temps dans les transports et au désir d’avoir un comportement plus écologique, en limitant ses émissions de CO2, constate Muriel Van Antwerpen, de ISS Facilities Services Belgium & Luxembourg. Ils favorisent un sentiment d’affiliation à son entreprise, en perte de vitesse depuis la crise Covid, en tissant des liens avec d’autres collègues, retrouvés sur place. Après tout, c’est au contact d’autrui que l’esprit de créativité s’anime.”

10 entreprises dans les starting blocks

Lancé officiellement ce 1er mars, Xwork collabore avec 12 centres de coworking soigneusement sélectionnés pour répondre aux exigences des entreprises.

Signe que cette start-up répond à un besoin actuel, dix entreprises proposent déjà à leurs employés de bénéficier de l’expérience du coworking via Xwork. Rien de moins que des sociétés comme D’Ieteren, Edenred, ISS, Orange Belgium, IBA ou la SNCB.

“Nous sommes conscients des enjeux actuels en matière de mobilité, de bien-être et d’environnement de travail et sommes soucieux d’offrir des solutions flexibles à notre personnel”, explique Frédéric Nolf, Chief Human Ressources Officer d’IBA. “IBA s’engage avec beaucoup de curiosité dans ce test d’accès à des tiers-lieux inspirants et collaboratifs, à proximité du domicile des travailleurs.”

13 centres de coworking de haut niveau s’y ajouteront au cours du prochain trimestre, afin d’être encore plus proche des lieux de résidence des employés des grandes entreprises.

www.xwork.cool

Admin

Author Admin

More posts by Admin